UND SO WEITER

Lecture musicale basée sur le texte "Peter und so weiter"
Voix: Alexandre Lecoultre
Accordéon: Julien Paillard
Ce projet s’inscrit dans la continuité d’une ligne artistique explorant les liens entre texte et musique. La voix et l’accordéon s’unissent dans une interaction flexible où les mots et les notes se portent, s’enveloppent, se révèlent, s’entraînent et se complètent. Jouant des silences et des sonorités, ce dialogue poétique est le lieu où se retrouvent les deux interprètes de cette lecture musicale. 
Un duo aux rôles différents et complémentaires, mais toujours sur un pied d’égalité. 
Le premier, l’écrivain, guide le public au coeur d’un récit qui bat au rythme des lames de l’accordéon. Le souffle des différents personnages est porté par sa voix ouvrant sur l’espace du dehors comme du dedans. La trame se déroule ainsi sous cette langue où les notes viennent prendre corps. 
Le deuxième, l’accordéoniste, navigue entre l’univers du texte et son propre élan musical. Les sonorités chromatiques embrassent, interpellent, mettent en relief et sertissent le récit de petits boutons de nacres dans lesquels se reflètent le rythme et la sensibilité de l’écriture. 

Photographie © Baptiste Aubert 2019

MOISSON. RYTHMES ET RECITS D'AUTRES RIVAGES

Lecture musicale basée sur le texte "Moisson"
Voix: Alexandre Lecoultre et Jérôme Melly
Piano: Lucas Buclin
Fruit d’une véritable collaboration, les univers des trois artistes romands se sont imprégnés mutuellement pour créer autour d’un même texte. La rencontre entre l’auteur et le comédien, par une sélection et une répartition des textes, permet de faire un travail de jeux entre deux voix aux tonalités différentes. A cela, s’ajoute la présence du musicien qui bouleverse la lecture publique : les voix et les élans du piano fusionnent dans l’instant présent pour élever le verbe à une nouvelle dimension.
Un piano, deux lutrins : le voyage commence. L’auditeur est accompagné par la voix grave et inspirée du comédien d’un côté, et la voix mûre et posée de l’auteur de l’autre. Sur le vif, le pianiste improvise en grande partie pour soutenir le texte et l’accompagner avec à chaque rivage des registres variés, du classique au jazz en passant par le music-hall. Finalement, le piano donne aux voix une ampleur nouvelle dont la scène est remplie.

Photographie © Antoine Vullioud 2018

Back to Top